Menu
Disponible
Lu Me Ve de 08h30 à 20h00
Ma Je de 14h00 à 20h00
Sa Di pour les urgences uniquement
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Genou et kinésithérapie : utilité dans les lésions des ligaments croisés !

Genou et kinésithérapie : utilité dans les lésions des ligaments croisés !

Le 11 mars 2018
Les lésions du genou sont au coeur de nos interrogations avec la période du ski. Les ligaments croisés sont souvent atteints. La kinésithérapie est adaptée à votre cas. Plus la prise en charge est rapide, moins les séquelles sont importantes.

     La problématique des ruptures des ligaments croisés est au cœur de nos pensées en ces retours de ski. Les journaux en parlent beaucoup car le nombre de blessés rapatriés a augmenté cette année. On sait que ce n’est jamais une expérience agréable mais la kinésithérapie peut être en allié de choc pour prévenir ou traiter ces blessures.

     Dans le cadre des ligaments croisés, une éducation et un apprentissage préventif peuvent vous aider à diminuer les facteurs de risques de rupture ou déchirure. Le kinésithérapeute connait ces risques et peut vous aider par une approche de renforcement adapté à votre activité physique. En séance, le but est de vous apprendre les bons réflexes tel que l’adaptation de votre geste sportif, de compenser un déséquilibre musculaire, … Si vous connaissez vos faiblesses, vous serez plus vigilant.

     En quoi un déséquilibre est-il une faiblesse ? Il s’agit d’un facteur de risque qui est important dans le cadre de ruptures des ligaments croisés. Mais ces faiblesses musculaires ne se limitent pas au genou. Les parties du corps, en rapport avec lui, sont touchés tel que le bassin, la cheville.

Quel est le rôle du kiné dans ce traitement ?

     Si la lésion est avérée, il faut d’abord palier à l’inflammation et à la douleur qui sont présentes sur les tissus autour des ligaments croisés. Il est important de ne pas attendre, car au plus vit la prise en charge de la blessure est débutée moins les séquelles sont importantes.  Il faut savoir que la chirurgie n’est pas obligatoire. Elle est décidée d’un commun accord avec le chirurgien orthopédiste et vous-même.

     Les conséquences ne se limitent pas à la douleur. La fonte musculaire est aussi un risque car vous utilisez moins l'articulation et diminuez vos activités par le port de béquilles et d’une attelle. Il faut un programme adapté pour muscler la jambe atteinte de façon non douloureuse ainsi que la jambe saine pour qu’elle soit stable. Les séances adaptés en cabinet sont nécessaire pour travailler votre équilibre.

     L’objectif à long terme des séances de kinésithérapie est de retrouver une activité normale avec une bonne stabilité. Le temps et la persévérance sont les recettes pour ce type de blessures pour garantir une récupération optimale.